Cath et Josh qui conçoivent des vêtements

Technologies imperméables

Quand on vient de Vancouver, la pluie, on en connaît quelque chose. En moyenne, il pleut 165 jours par année! Ce n’est pas pour rien que certains surnomment la ville Raincouver. Évidemment, nos designers de vêtements plein air sont au jus (hehe) à propos de la pluie et donc, armés de leur expérience et de leur savoir, ils ont pu concevoir des vêtements pratiques et vraiment faits pour vous garder au chaud et au sec lorsque vous bravez les averses.

Nous avons pris un moment avec nos designers de vêtements plein air, Cath Lebrun et Joshua Hiney, afin d’explorer plus en profondeur ce qu’est l’imperméabilité, et aussi pour discuter de nos nouveaux manteaux imperméables : le Manteau Furtif et le Manteau Pluie assurée.

Cath vient de Québec et a déménagé à Vancouver en 2011 pour entreprendre une carrière en tant que Designer, Plein air chez lululemon.

Joshua est Directeur du design (et designer) pour « action », « récupération » et « au quotidien ». Il vient de San Francisco et a apporté tout un bagage de savoir avec lui. Il vit à Vancouver et travaille chez lululemon depuis le mois de mars 2014.  

Parmi ce qui nous excite particulièrement pour l’automne, il y a les manteaux imperméables. Pouvez-vous nous décrire ce que sont vraiment des vêtements imperméables?

Cath : Pour fabriquer un manteau imperméable, on a besoin de combiner tissu imperméable et construction imperméable. Un tissu imperméable est un tissu muni d’une couche spéciale qui ne laisse pas traverser l’eau. Et « construction imperméable » signifie que chaque couture est renforcée et scellée pour rendre le vêtement hydrofuge. Lorsqu’on coud, on perce inévitablement des petits trous dans le tissu imperméable, alors c’est pourquoi il est nécessaire d’ajouter un ruban protecteur contre l’eau. Même chose pour tout ce qu’on ajoute au manteau comme les fermetures éclair et les autres garnitures. 

Josh Hiney qui conçoit des vêtements

"Quand on comprend pourquoi un truc a été conçu au départ, ça nous permet de mieux l’améliorer et ainsi d’innover."

—Joshua Hiney, Directeur du design et designer

D’où puisez-vous toute votre inspiration?

Cath : De tout, partout, tout le temps!

Joshua : Même chose pour moi. C’est comme si mon cerveau ne s’arrêtait jamais. Je suis toujours un peu en train de faire du design. Il faut que j’avoue, par contre, que les styles militaires « vintage » et le vin rouge m’inspirent particulièrement.

Pour vrai, si vous observez les vêtements militaires de plus près, vous allez voir que c’est essentiellement du coton tissé tellement serré que ça le rend imperméable. Vous allez aussi remarquer qu’il y a de la colle qui dépasse d’un peu partout. C’est voulu! Les soldats s’en servaient pour recoller les coutures qui se défaisaient sur les champs de bataille.

Cath : Pour le travail, on a aussi la chance de beaucoup voyager et ça nous permet de vraiment voir les choses différemment. Nos yeux absorbent tout quand on voyage.

D’où vous est venue l’inspiration pour les vêtements plein air imperméables cette saison?

Cath : Vancouver. J’adore sortir et aller courir quand il pleut. Avec un bon manteau, la pluie ne me dérange pas. 

Vous êtes les deux des designers d’expérience, qu’est-ce que ça signifie pour vous d’être un designer?

Joshua : Pour moi, c’est toujours un défi de résoudre des problèmes tout en rendant le tout beau et pratique. 

"Tout a sa raison d’être, sinon, ça n’a pas sa place."

—Joshua Hiney, Directeur du design et designer

Parlant de résolution de problème, pouvez-vous nous expliquer le processus de création?

Joshua : Tout part d’un besoin. On fait alors de la recherche et on tente de s’inspirer. On peut s’inspirer de beaucoup de trucs qui avaient été conçus seulement pour leur style au départ et leur ajouter des aspects plus techniques.

Ensuite, on commence à dessiner et à travailler avec l’équipe de développement de produit. Habituellement, c’est à ce moment qu’on commence à « brainstormer » sur la construction du design.

Cath : Et la collaboration amène des changements.

Joshua : Ce n’est pas parce que le concept se dessine que la compagnie pourra nécessairement le produire comme tel. Après avoir bien établi la construction, on consulte nos partenaires pour voir ce qu’on peut faire. 

Cath Lebrun qui conçoit

"Je ne veux pas concevoir un vêtement si peu utile que vous ne le porterez que deux fois. Je veux que vous l’aimiez, et je veux que vous puissiez le porter tous les jours."

—Cath Lebrun, Designer de vêtements plein air

Comment fait-on pour s’assurer que les produits imperméables répondent à nos standards?

Cath : Beaucoup de tests.

Joshua : D’abord, il faut trouver un ruban qui adhère bien au tissu qu’on utilise. On se sert de ces rubans pour renforcer les coutures afin de ne pas laisser l’eau pénétrer. Après avoir trouvé la bonne combinaison, on teste un échantillon avec un outil qui dégage une bonne pression d’eau. On peut alors voir s’il y a de l’eau qui traverse le tissu.

C’est comme ça qu’on s’assure que le ruban qui renforce la couture et le tissu sont imperméables. Une fois le vêtement fabriqué, on le met sur un mannequin et lui impose un test de pluie. On regarde si l’eau peut pénétrer quelque part, on retravaille, et on continue jusqu’à ce que ça soit parfaitement imperméable. 

Quels aspects de ces manteaux vous excitent le plus?

Joshua : Je dirais le capuchon. Celui du Manteau Furtif peut être replié dans le col, il se porte alors facilement dans plusieurs situations. On veut offrir plein d’options aux invités.

Un vêtement plein air, c’est un investissement. Il est important que notre invité sente que son nouveau manteau va durer plus d’une saison. Chaque fonction qu’on intègre fait en sorte que nos manteaux peuvent être portés pendant plusieurs saisons et dans plusieurs situations par notre invité.

Cath : Le Manteau Pluie assurée a un capuchon qui peut être ajusté grâce au cordon ce qui permet de garder une vision périphérique. Ça m’énerve quand je tourne la tête et qu’un capuchon ne suit pas mon mouvement et que ça bloque ma vue. La fermeture éclair bidirectionnelle facilite mes randonnées à vélo et mes déplacements de tous les jours.

Vous pouvez trouver Cath à l’extérieur, même s’il pleut, en train de profiter au maximum de sa journée, pendant que Joshua, lui, préfère prendre ce temps pour faire une petite sieste avec son chien, Tonka.

Cath et Josh qui conçoivent des vêtements